Blockchain

Food Trust: Carrefour mise sur la Blockchain d’IBM pour améliorer la traçabilité alimentaire

Food trust

Le géant américain de la technologie IBM a officiellement lancé IBM Food Trust, son réseau cloud basé sur la technologie blockchain permettant de suivre à la trace les données relatives à l’écosystème alimentaire. Après l’annonce de grands groupes, notamment Nestlé ou encore Walmart d’utiliser la solution blockchain d’IBM, c’est au tour du géant français d’adhérer à cette nouvelle technologie.

Carrefour rejoint la blockchain d’IBM

Food trustAprès 18 mois à tester sa “blockchain alimentaire”, l’IBM Food Trust, IBM vient de confirmer, ce lundi, l’efficacité de son réseau blockchain à améliorer la traçabilité, la transparence des aliments vendus sur les rayons des supermarchés. A l’occasion, le multinationale a révélé la décision de Carrefour de rejoindre le protocole Food trust d’IBM: le géant français qui possède près de 12000 magasins réparties à travers 33 pays compte déployer la nouvelle solution blockchain dans quelques-uns de ses supermarchés avant d’étendre l’écosystème IBM Food Trust à toutes les enseignes Carrefour en 2022.

IBM Food Trust a été annoncé pour la première fois en 2016 comme une solution blockchain qui relierait différentes parties de l’industrie alimentaire. Au cours de la période d’essai, qui a débuté en août 2017, la société s’est associée à plusieurs poids lourds de l’industrie, notamment, Nestlé SA, Dole Food Co, Driscoll’s Inc, Golden State Foods, Kroger Co, McCormick and Co, McLane Co, Tyson Foods Inc et Unilever SA pour enregistrer les données alimentaires fiables provenant de ces entreprises.

Selon IBM, au cours de cette période d’essai, le secteur de la grande distribution et les fournisseurs ont utilisé le Food Trust pour suivre “des millions de produits alimentaires”.

Walmart et IBM, un partenariat de choc

Le géant de la distribution américaine, Walmart a été l’une des premières entreprises à utiliser la plateforme blockchain d’IBM afin d’ identifier les aliments de mauvaise qualité ou en mauvais état provenant de différents fournisseurs.

Pas plus tard que le mois dernier, Walmart a annoncé qu’elle demanderait aux fournisseurs de légumes et de fruits d’enregistrer sur la blockchain d’IBM toutes les transactions ayant jalonné le parcours des denrées alimentaires à travers le réseau commercial, du producteur aux consommateurs, d’ici septembre 2019.

Il n’est pas possible de subtiliser un produit par un autre. Si un fournisseur saisit un paquet de lasagnes au boeuf et vous découvrez ensuite qu’il n’y a pas de boeuf il est facile de savoir qui vous a vendu cela en temps réel, conclut le responsable de la sécurité alimentaire de Walmart.

 

Laisser un commentaire

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com