Blockchain

Le cofondateur de Binance nie les rumeurs sur la création d’une île “blockchain”

Binance flintstone
Ecrit par

Le co-fondateur de Binance, He Yi a rejeté les affirmations alléguant que la société prévoyait de créer un pays “blockchain” sur une île privée. Les fausses rumeurs ont été propagées par un média chinois spécialisé dans la fintech.

De fausses informations concernant Binance

Le média  “ Yibencaijing “aurait affirmé que Binance voulait lancer son propre pays “blockchain”. D’après des sources internes, l’exchange aurait déjà effectué l’achat d’une île privée pour mettre à exécution son plan.

” Yibencaijing ” n’a pas hésité à donner des détails pour corroborer ses affirmations. D’après le média, Binance aurait l’intention de tester des applications blockchain sur un territoire où la technologie des registres distribués aura une place majeure et l’innovation serait encouragée. Quant aux monnaies numériques, elles auront cours légal et seront acceptées en tant que monnaie nationale.

L’article de Yibencaijing suggère que Binance a rencontré des difficultés car les autorités chinoises, Hongkongaises et japonaises sont hostiles au développement de ce type de projet. Mais la création d’un pays serait un recours pour échapper aux normes strictes de certains gouvernements.

Le co-fondateur de Binance riposte

Drapeau BinanceLe fondateur a réitéré le fait que la vision de l’entreprise était de ” promouvoir la légalisation des industries de la blockchain et de la monnaie numérique à l’échelle mondiale “. Les fausses  rumeurs vont à l’encontre des valeurs promues par Binance. Le co-fondateur s’est expliqué en déclarant:

L’article en question ternit l’image de Binance et fait en sorte que les régulateurs du pays aient une mauvaise impression de Binance. Créer un pays ? Il est absolument absurde de fabriquer une telle histoire.

Binance est actuellement le deuxième plus grand exchange mondial de monnaie virtuelle, et son PDG Zhao Changpeng a déjà affirmé que sa fortune personnelle valait 2 milliards de dollars. La société a réfuté les affirmations selon lesquelles elle a tenté d’échapper aux impôts et aux lois de son pays en transférant son siège social à Malte.

Depuis le démenti fait par He Yi, le média Yibencaijing n’a pas donné d’explications ni des éclaircissements sur l’affaire.

Laisser un commentaire

trois × 5 =