Blockchain Cardano

L’Ethiopie étudie le rôle de la Blockchain du Cardano dans l’agritech

Arbre à café
Ecrit par Rony Rouah

Charles Hoskinson, le PDG et fondateur du Cardano s’est engagé dans un nouveau projet Blockchain. Un protocole d’accord a été signé avec le gouvernement éthiopien, celui-ci consiste à utiliser la technologie Blockchain pour suivre la chaîne d’approvisionnement de la plus grande chaîne d’exportation du pays, le café. Également cofondateur de l’Ethereum, Hoskinson a signé l’accord avec le ministre des Sciences et Technologies d’Ethiopie. La technologie du grand registre distribué sera délibérément appliquée à l’industrie agritech.

Le Cardano signe un protocole d’accord avec l’Ethiopie

Le Cardano (ADA) explorera les moyens par lesquels l’Afrique appliquerait la technologie Blockchain à son secteur agri-tech. Le token ADA se hisse à la sixième position dans le classement des crypto-monnaies, selon les données de CoinMarketCap.

Le protocole d’accord consiste à étudier la manière dont la Blockchain pourrait être utilisée. Elle sera retrouvée dans le suivi de la chaîne d’approvisionnement, afin de réduire la fraude par exemple. L’éducation étant au cœur de l’entente, elle devrait avoir un impact à long terme. Les efforts outrepassent le projet de la chaîne d’approvisionnement, car les développeurs locaux de Blockchain recevront des formations en vue de développer leur compétence et d’enrichir l’économie du pays, à travers les entreprises de crypto-monnaies.

Par le biais du média social Twitter, Hoskinson a partagé son voyage en Ethiopie. Il a donné un aperçu d’une communauté d’Addis et de l’accord entamé avec le ministre éthiopien.

Charles [email protected]_Charles

Nous venons tout juste de signer un protocole d’entente avec le ministre éthiopien de la Science et de la Technologie, pour explorer la formation des développeurs de la Blockchain et utiliser le Cardano dans l’industrie Agritech.

15h24 – 3 mai 2018 – Éthiopie

L’impact de la technologie Blockchain du Cardano

L’ambition du Cardano est bien plus large que celle de l’Ethiopie dans la mesure où la fondation met l’accent sur l’apprentissage relatif aux crypto-monnaies et à la Blockchain. John O’Connor, le directeur des Opérations africaines à IOHK, a annoncé dans un blog :

Cette année, nous dispenserons notre premier cours en Afrique, probablement en Éthiopie, et espérons que la première cohorte de développeurs éthiopiens contribuera au code du Cardano, d’ici la fin de l’année.

En s’adressant à London School of Economics plus tôt cette année, Hoskinson a détaillé les objectifs du Cardano. Il existe une pléthore de problèmes liés à l’enregistrement des terrains où les propriétaires fonciers sont expulsés de leurs propres propriétés, à cause de dossiers incomplets et des à-côtés administratifs inadéquats. Le Rwanda, le Kenya et le Ghana vont dans le sens de la technologie émergente en enregistrant leurs terrains sur la Blockchain – cette pratique est une priorité pour le Cardano et IOHK.

L’une des raisons ayant motivé Hoskinson à exploiter les crypto-monnaies était l’exploration et l’approfondissement des “capacités qui lui sont nécessaires pour transmettre cet outil aux utilisateurs du monde entier de façon à ce qu’ils puissent résoudre leurs propres problèmes.”

D’après son compte Twitter, Hoskinson séjournait à Tel-Aviv avant de se rendre en Afrique. Les développeurs d’IOHK se sont présentés aux cryptographes d’EuroCrypto 2018.

Laisser un commentaire