Cryptos Régulation

66% des investisseurs seraient favorables à l’imposition des crypto-monnaies 

taxe pour bitcoin
Avatar
Ecrit par Steph Benichou

Une récente enquête menée par l’entreprise Childly souligne qu’un tiers des investisseurs seraient favorables à ce qu’un régime fiscal propre aux crypto-actifs soit mis au point. Cette étude semble prouver que les acteurs impliqués sur ce marché gagnent en maturité. 

Un marché propice aux taxes 

Selon une étude de la startup coréenne Childly, les crypto-investisseurs penchent clairement en faveur d’un cadre fiscal propre aux crypto-monnaies. Ainsi, 66% des  5 750 utilisateurs interrogés ont annoncé être favorables à ce que les biens numériques soient imposables, au même titre que les actifs financiers traditionnels. Toutefois, 20 % des participants ont exprimé leur désapprobation sur l’imposition des biens numériques. Certains soulignent qu’un tel dispositif pourrait être précoce compte tenu de la nature très complexe des crypto-monnaies. 66% des investisseurs seraient favorables à l’imposition des crypto-monnaies 

14 % des personnes interrogées par Childly “n’ont exprimé aucune opinion” concernant la taxation des crypto-monnaies. Cette étude survient au moment où les cadres fiscaux propres aux crypto-monnaies commencent à prendre forme, notamment en Corée du Sud qui élabore actuellement un projet de loi visant à taxer les biens numériques.

Une approche prudente

Bien que plusieurs juridictions se dirigent inexorablement vers une imposition des crypto-activités, le manque de transparence relatif aux crypto-monnaies constitue un défi majeur pour les autorités fiscales.

En effet, en raison de la difficulté à disposer des données fiables concernant les transactions en crypto-monnaies, les administrations fiscales sont dans l’incapacité à déterminer le montant de la taxe à payer par les crypto-investisseurs.

“Bien que de nombreux pays aient déjà commencé à taxer les biens numériques, les voix de ceux qui demandent une approche plus judicieuse dans l’application des règles fiscales devraient être entendues à tous les niveaux”, a déclaré Eunti Kim, directrice générale de Childly.

 

/* ]]> */