Cryptos

Crypto-monnaies : Les Iraniens ont transféré près de 2,5 milliards de dollars à l’étranger

drapeau iranien bitcoin
Ecrit par

Le président du comité économique du parlement iranien a révélé que près de 2,5 milliards de dollars ont été transférés à l’étranger pour l’achat de monnaies virtuelles . Sa déclaration intervient juste après que l’Iran ait interdit toute transaction bancaire en crypto-monnaies, opérée sur le territoire national.

Une fuite de capitaux estimée à 2,5 milliards de dollars

Le président de la Commission économique du Parlement iranien, Mohammad Reza Pourebrahimi, a accordé la semaine dernière une interview à l’agence de presse Ibena.ir à l’issue de laquelle il déclara :

Sur la base des données existantes, peu d’Iraniens utilisent les crypto-monnaies et pourtant, plus de 2,5 milliards de dollars ont été envoyés à l’étranger pour acheter des devises numériques.

Le transfert de fonds dédié à l’achat de crypto-monnaies n’est pas un fait nouveau. Pendant les trois premiers mois de cette année, les Iraniens auraient expédié près de 30 milliards de dollars à l’étranger. Cette information a été confirmée par Reza depuis le journal Isna. “Les Iraniens n’ont pas accès au système bancaire international et les transferts ne peuvent se faire que par des moyens non conventionnels comme des marchands de fonds ou des voyageurs internationaux”, a-t-il communiqué au journal.

Les mouvements de transfert se sont accentués après l’interdiction émise par la Banque Central d’Iran, en interdisant toutes les bansues et institutions financières iraniennes d’opérer des transactions en crypto-monnaies de peur d’inciter au blanchiment d’argent ou à des activités terroristes.

Crypto-monnaies : Les Iraniens ont transféré près de 2,5 milliards de dollars à l’étranger

L’Iran lance sa propre monnaie virtuelle 

Mohammad Javad Azari-Jahromi, le  ministre iranien des technologies de l’information et des communications (TIC), a récemment confirmé qu’une crypto-monnaie nationale verrait bientôt le jour. Elle ne serait qu’à sa phase expérimentale mais un version beta sera bientôt disponible sur le marché.

Cependant, lors de son entretien à Ibena.ir la semaine dernière, Pourebrahimi a démenti l’information “aucun prototype de monnaie virtuelle iranienne n’est en cours de dévelopement”. 

Il a pourtant expliqué qu’une monnaie nationale permettrait “de faciliter des échanges dans un contexte de sanctions”. Affirmant que “le futur de l’économie mondiale se fera en crypto-monnaies” il a aussi reconnu que le choix d’une monnaie nationale digitale permettrait a l’Iran de se doter d’une parité avec toutes les crypto-monnaies et donc de faciliter le développement économique du pays.

Pour Pourebrahimi l’avantage majeur des crypto-monnaies est “l’absence du régulateur américain” ce qui permettrait de contourner les sanctions plus facilement.

Pendant ce temps, le président américain Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord nucléaire iranien de 2015. Cette action a été suivie par un embargo sur les exportations de pétrole iranien.

 

Laisser un commentaire

4 × 2 =