Cryptos

David Schwartz: “La technologie prometteuse de Ripple a du mal à convaincre les banques”

Ripple avec carte mondiale
Ecrit par Aguirre Mimoun

Ripple lutte férocement pour mettre fin aux idées reçus souvent négatives des banques au sujet des crypto-monnaies et de la technologie que la sous-tend, la blockchain. Ce constat a été à nouveau réitéré par David Schwartz, responsable de la section technologie de Ripple lors de l’événement Future of Fintech 2019.

Une réticence injustifiée

Pour le dirigeant de Ripple, David Schwartz, les banques manquent cruellement de discernement par rapport à leur hostilité à exploiter les possibilités infinies offertes par la technologie blockchain. En première ligne de solutions blockchain les plus innovatrices dans le domaine, on retrouve les nombreuses technologie Ripple, soutient David Schwartz.

Nous avons du mal à convaincre, en particulier les banques, parce qu’elles sont extrêmement conservatrices et très lentes à agir, explique-t-il.

Réseau RippleLes systèmes de paiement actuels déployés par le secteur bancaire ne sont pas en mesure de prendre en charge les règlements instantanées, ce qui n’est pas le cas du réseau RippleNet qui permet aux entreprises de traiter les paiements plus rapidement. De leur côté, les institutions non bancaire ont pris de vitesse les banques dans la course au nouvelles technologies financières en utilisant les solutions blockchain de Ripple. 

 Ce que nous avons découvert, c’est que les institutions financières non bancaires, les sociétés de paiement sont beaucoup plus agressives et qu’elles s’intéressent beaucoup plus aux choses qui peuvent leur faire économiser temps, argent et coûts.” a détaillé le dirigeant.

xRapid, la solution à différents maux

Le représentant de la technologie Ripple a également mis en avant une autre de ses solutions, xRapid. A la différence du xCurrent, l’xRapid est alimenté par la crypto-monnaie native de Ripple, l’XRP.

Nous avons construit xRapid comme un moyen de résoudre ce problème et il a été adapté à la situation réelle à laquelle nous étions confrontés. Nous avions en quelque sorte l’idée que les institutions détiendraient XRP ou un bien numérique”.

Cependant David Schwartz est conscient que les actifs numériques sont encore difficile à utiliser en raison de l’incertitude réglementaire qui les entoure.

Pour diverses raisons, le monde n’était pas tout à fait prêt pour cela, y compris des questions de réglementation, de réglementation, d’infrastructure et d’infrastructure”, a-t-il conclu.