Cryptos

Facebook cherche le soutien des autorités britanniques avant le lancement officiel du Libra 

thé britannique
Ecrit par Aguirre Mimoun

Après que plusieurs gouvernements et autorités de régulation financière ont affiché ouvertement leur inquiétude face au libra, Facebook a opéré une dernière tentative pour obtenir le soutien du Royaume-uni avant la sortie de la date officielle du lancement du Libra.

Les autorités britanniques, nouveaux alliés de Facebook?

Le Libra de Facebook s’est engagé ces derniers mois à obtenir l’approbation des régulateurs du monde entier avant de se lancer officiellement sur le marché. “C’est la raison pour laquelle Facebook et d’autres membres de l’Association de la Balance ont partagé nos plans très tôt.”, a annoncé un porte-parole de Facebook à Reuters.facebook sur smartphon et ordinateur portable

Mais face à l’unanimité des régulateurs à accorder leur approbation au crypto-projet natif de Facebook, le réseau social a changé ses plans et a annoncé qu’il sortira sa crypto-monnaie native, avec ou sans l’aval de plusieurs juridictions du monde.

Pour autant, avant de sortir la date de lancement du Libra, Facebook fait des pieds et des mains pour obtenir le soutien des autorités britanniques. Dans cette optique, Facebook a obtenu plusieurs rendez-vous avec les représentants du ministère britannique des Finances, de la Financial Conduct Authority et de la Banque centrale britannique, a rapporté Reuters.

“Libra” contre tous ?

Après que Facebook a exposé au grand public le livre blanc sur le Libra plus tôt cette année, la représentante des États-Unis, Maxine Waters, a ordonné au réseau social d’arrêter le développement de la crypto-monnaie pendant que les autorités enquêtaient sur le projet et ses effets potentiels sur l’économie et la politique monétaire américaine.

L’Allemagne compte à lui, a annoncé son refus de voir n’importe quel stablecoin, y compris le Libra, être déployé en Europe.

Le gouvernement fédéral travaillera aux niveaux européen et international pour s’assurer que les stablecoins tels que le Libra ne deviennent pas une alternative aux monnaies officielles, peut-on lire dans un document par les parlementaires allemands.

Pour l’instant, très peu de pays ont apporté leur soutien au Libra, ce qui pourrait être un un frein majeur à l’adoption globale du Libra…