Cryptos Régulation

La banque centrale du Thaïlande n’émettra pas de monnaie numérique avant 3 à 5 ans

cbdc
Ecrit par Rouah Rony

Les citoyens thaïlandais devront s’armer de patience dans l’attente d’une monnaie numérique de banque centrale (CBDC) qui ne verra le jour que dans 3 ans à 5 ans selon les déclarations du gouverneur de la Banque de Thaïlande.

Une CBDC dans quelques années

CBDCSelon le gouverneur de la Banque de Thaïlande (BoT), Veerathai Santiprabhob, les plans pour lancer une monnaie numérique souveraine ne se produiront que dans les “3 ou 5 prochaines années”. Ce délai, qui pourrait paraître extrêmement lent pour la crypto-industrie en pleine croissance, a été justifié par la nature complexe du système monétaire déjà en place et l’intégration d’une CBDC qui ne serait “pas facile” d’après les déclarations de Veerathai Santiprabhob.

Santiprabhob a noté que, bien qu’il y ait eu des progrès significatifs en ce qui concerne les CBDC dans certains pays développés, il serait encore très complexe de reproduire ce modèle monétaire dans les pays en développement au cours des six prochaines années.

Le gouverneur a mis en lumière les risques associés aux CBDC pour certains secteurs économiques, notamment le fait qu’une monnaie numérique de banque centrale pourrait mettre en faillite des entreprises de technologies financières et d’autres acteurs spécialisés dans les paiements électroniques.

Une monnaie numérique pour les institutions financières

Bien que la Banque de Thaïlande n’ait pas encore mis en place un projet de CBDC de détail (monnaie numérique destinée à être utilisée par le grand public dans les transactions), elle a annoncé, il y a trois mois, qu’elle avait commencé à travailler sur une CBDC qui serait exclusivement utilisée par les institutions financières pour effectuer les transactions interbancaires et transfrontalières.

Huit banques commerciales participent à l’initiative lancée par la BoT et baptisée ” projet Inthanon “. La première phase du projet devrait se terminer en mars de l’année prochaine. Au cours de la deuxième phase, l’initiative commencera à élargir son champ d’application :

En s’appuyant sur les conclusions et les résultats de la phase 1, les participants au projet visent à développer davantage les capacités du prototype pour des fonctions plus larges, y compris le transfert de fonds par des tiers et le transfert de fonds transfrontalier, précise la BOT.

Quant à Christine Lagarde, dirigeante de la FMI, cette dernière est persuadée qu’une CBDC serait bénéfique à l’économie d’un pays :

Cette monnaie pourrait répondre à des objectifs de politique publique, tels que (i) l’inclusion financière, et (ii) la sécurité et la protection des consommateurs ; et fournir ce que le secteur privé ne peut pas fournir : (iii) le respect de la vie privée dans les paiements.”

 

Laisser un commentaire

5 × 2 =