Cryptos

La FINRA accuse la crypto-monnaie Hempcoin d’être un titre financier “non enregistré”

Hempcoin
Ecrit par Stephane

La FINRA, connue pour être l’« association nationale américaine des agents de change », accuse Timothy Ayre, courtier à la crypto Asset Management (CAM), de fraudes en investissement et en valeur mobilière pour avoir présenté la crypto-monnaie Hempcoin en tant que “securities” (titres financiers)  auprès de ses clients sans qu’elle soit enregistrée au préalable à la SEC.

Violation des lois fédérales

HempcoinLa crypto-monnaie Hempcoin risque de faire l’objet d’une surveillance renforcée de la SEC. En effet, la FINRA, un organisme à but non lucratif supervisé par la SEC pour élaborer des règles et faire respecter les lois fédérales sur les valeurs mobilières, accuse Timothy Ayre d’avoir incité ses clients à investir dans la société Rocky Mountain Ayre Inc. (RMTN) via l’achat de HempCoin, qui, selon le courtier, serait “le premier token adossée aux actions d’une entreprise”.

Pendant plusieurs années, notamment de janvier 2013 à octobre 2016, Ayre a présenté le Hempcoin en tant que titre financier qui équivalait à 0,10 d’une action de RMTN sans qu’il soit enregistré auprès de l’organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers. Selon la FINRA, les investisseurs auraient acheté plus de 81 millions du token HempCoin depuis le lancement de la crypto-monnaie.

Une plainte en cours

Selon la plainte déposée par Finra, Ayre aurait trompé les investisseurs, de janvier 2013 à octobre 2016, en procédant à la vente de Hempcoin et  «en assurant frauduleusement que son fonds était régulé par la SEC et était enregistré auprès de l’agence».

De son côté, la SEC a commenté la situation en déclarant que «les fonds spéculatifs qui cherchent à profiter de la mode des actifs virtuels continuent de proliférer. Les conseillers financiers doivent s’assurer que les fonds qu’ils proposent sont enregistrés correctement et doivent clairement présenter leur statut réglementaire aux investisseurs».

Toujours selon la SEC, Ayre, ainsi que le gestionnaire de fonds spéculatif CAM, encourreraient une amende de 200 000 dollars en raison des accusations portées à leur encontre.

Laisser un commentaire

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com