Cryptos

La technologie Ripple a été abordée lors d’une audition au Congrès américain

congrès américain
Ecrit par Steph Benichou

Une première depuis la création de la crypto-monnaie. L’XRP, le token natif de Ripple, a été évoqué par Christine Tetreault, la conseillère politique senior chez Consumer Reports, lors d’une audition au Congrès américain.

Une loi sur l’argent liquide

En marge de la nouvelle loi “Payment Choice act”, le député américain Tom Emmer a organisé une audition au congrès américain afin de débattre sur les différentes méthodes de paiement. Pour rappel, le projet de loi vise à interdire aux entreprises américaines de refuser les paiements en argent liquide face à l’émergence des modes de transfert numérique. XRP écrit sur dés

Ce dispositif réglementaire permettrait en outre de lutter contre la discrimination financière touchant certains citoyens américains qui ne possèdent pas de compte bancaire et ne peuvent pas procéder à des paiements numériques. Selon les chiffres officiels, environ 25 % des ménages américains n’ont toujours pas de compte bancaire.   

Lors de l’audition, Tom Emmer a fait valoir que le dollar américain reste une option de paiement viable et ne peut être remplacé par les crypto-monnaies. Le député a également interrogé Christine Tetreault, la conseillère politique senior du cabinet Consumer, si elle avait une connaissance approfondie des crypto-monnaies. Cette dernière aurait répondu qu’elle portait une attention particulière sur le token XRP de Ripple.

La montée en puissance des crypto-monnaies

  De plus en plus d’entreprises américaines abandonnent l’argent liquide au profit de paiements numériques, beaucoup plus pratiques et moins coûteux. Certains intervenants lors de l’audition au congrès américain ont souligné la nécessité de déployer massivement un moyen de paiement numérique afin de s’adapter à l’ère numérique. 

Selon certains chercheurs, si les crypto-monnaies continuent à gagner en popularité, il existerait environ 200 millions d’utilisateurs de crypto-wallets d’ici 2020.

“La demande de monnaies alternatives sera donc probablement beaucoup plus forte d’ici 2030”, a souligné récemment un rapport de la Deutsche Bank.

/* ]]> */