Cryptos

Les autorités britanniques ferment la plateforme de crypto-trading Gpay

fraud alert
Avatar
Ecrit par Rouah Rony

Suspectée d’avoir floué ses investisseurs et d’être à la tête d’un vaste réseau d’arnaques, la plateforme de crypto-trading Gpay a fermé boutique suite à une décision de la justice britannique. 

Un réseau de crypto-arnaque 

Gpay se décrit sur son site officiel comme un service de trading en ligne, promettant à des investisseurs sans expérience de générer des bénéfices sur des placements en crypto-monnaies.A travers un réseau de traders expérimentés et des outils de trading, la plateforme conseille les amateurs sur les investissements en crypto-monnaies à fort potentiel. Les autorités britanniques ferment la plateforme de crypto-trading Gpay

La plateforme opérait principalement au Royaume-Uni et revendique une base importante d’utilisateurs britanniques. A la suite de plaintes de plusieurs investisseurs, les autorités financières britanniques ont mené une enquête pour détecter les irrégularités dans les activités de Gpay et ont découvert qu’au moins 108 clients ont perdu près de 1,5 million de livres sterling  (soit environ 1,64 million de dollars).

Une arnaque bien rodée 

Selon David Hill, l’enquêteur en chef du service d’insolvabilité britannique, GPay prétendait investir les fonds des clients dans des crypto-monnaies prometteuses. Cependant, les fonds des investisseurs ont été détournés par les crypto-opérateurs eux-mêmes . 

“Ce n’était rien d’autre qu’une escroquerie, car GPay a trompé ses clients pour qu’ils utilisent sa plateforme en ligne sous de faux prétextes et aucun client n’en a profité car leurs investissements ont été perdus“, a-t-il noté.

Si les clients tentaient de retirer des fonds de leurs comptes d’opération, ils étaient informés qu’aucun retrait ne pouvait être effectué tant qu’ils n’avaient pas présenté des copies de leur pièce d’identité avec photo, une facture de services publics et une carte de débit ou de crédit. Et pourtant, GPay ne demandait pas autant de pièces justificatives lorsqu’elle acceptait les dépôts provenant des clients.

 

/* ]]> */