Cryptos

Les experts en cybersécurité affirment avoir fait des progrès dans la traque des pirates de Zaif

piratage
Ecrit par Laurent Bijon

Le piratage de l’exchange Zaif a fait grand bruit dans la crypto-sphère en fragilisant un marché déjà grandement touché par la baisse générale des cours des crypto-monnaies. Quelques mois après cette attaque informatique, des experts en cybersécurité japonais affirme avoir trouvé des éléments qui pourraient les conduire à démasquer les identités des pirates.

Des preuves pour identifier les pirates informatiques

piratageLes experts en cybersécurité travaillant pour la société JDD affirme avoir des preuves potentiellement incriminantes contre les pirates de l’exchange japonais Zaif, selon une déclaration officielle du 5 novembre.

A la suite d’une brèche de sécurité de l’exchange Zaif à la mi-septembre, des pirates informatiques ont réussi à voler 6,7 milliards de yens en crypto-monnaies, soit environ 59 millions de dollars appartenant à l’exchange japonais. Au total, plus de 5 966 en bitcoins (BTC), en Bitcoin Cash (BCH) et en MonaCoin (MONA) ont été dérobés.

Dans l’enquête sur les monnaies virtuelles volées, l’itinéraire des envois de fonds a été analysé au moyen d’une analyse statique de la blockchain (…) en déployant le noeud à grande échelle (…) nous avons vérifié si nous pouvons obtenir des indices comme l’adresse IP etc, précise JDD.

Pour l’instant, les premières indices qui pourraient amener à l’arrestation des pirates informatiques ne sont pas assez concluants et les recherches se poursuivent d’après un responsable de la JDD.

Des normes préventives

Fin septembre, l’opérateur de Zaif, Tech Bureau, a été sommé par la Financial Services Agency (FSA) du Japon, le régulateur des marchés japonais d’améliorer les normes de sécurité de la plateforme de trading de crypto-monnaies. L’organisme de réglementation financière a également annoncé que si l’opérateur de crypto-monnaies ne se conformait pas à ses directives, il serait contraint de fermer ses portes via une ordonnance de suspension émise par l’agence gouvernementale.

La FSA estime également que les recherches menées par Tech Bureau pour trouver les causes du récent piratage ne sont pas concluantes et que Zaif devrait redoubler d’effort afin identifier les cybercriminels.

Laisser un commentaire

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com