Cryptos

Malgré les spéculations, le Japon n’a aucune intention d’émettre une crypto-monnaie 

Malgré les spéculations, le Japon n’a aucune intention d’émettre une crypto-monnaie 
drapeau Japon bitcoin
Avatar
Ecrit par Aguirre Mimoun

Ayant mobilisé des recherches approfondies autour d’une CBDC, le Japon n’a fait qu’explorer les perspectives offertes par le secteur des crypto-monnaies. Malgré les spéculations, le pays insulaire n’a encore aucune intention de se doter d’une monnaie numérique nationale.

Des études approfondies

Le 20 juillet dernier, la Banque du Japon a annoncé son intention de former un groupe de travail pour accélérer les recherches autour d’une monnaie numérique de banque centrale nippone (CBDC). Cette nouvelle division prendra désormais le relai en ce qui concerne les travaux blockchain menés conjointement avec d’autres banques centrales. En effet, depuis janvier 2019, la Banque de Japon collabore avec cinq autres banques centrales, à savoir celle du Canada, du Royaume-unis, de la Suède, de la Suisse et de l’Union européenne pour étudier l’impact d’une CBDC. Malgré les spéculations, le Japon n’a aucune intention d’émettre une crypto-monnaie 

D’ailleurs, un représentant officiel du gouvernement a confirmé l’intention du pays de poursuivre cette collaboration d’envergure. La nouvelle équipe de recherche axera principalement ses efforts pour évaluer la viabilité et la pertinence d’une CBDC pour l’économie nippone. 

Aucun plan de CBDC à l’horizon

Toutefois, après avoir introduit une nouvelle équipe blockchain, le gouverneur adjoint de la Banque du Japon a rapidement annoncé que le pays n’a pas encore de plan à terme concerne l’émission d’un CBDC. 

Aucun lancement immédiat d’un crypto-yen n’est encore envisageable à court terme, malgré qu’un collectif de 70 législateurs du Parti libéral-démocrate japonais a appelé le gouvernement à émettre au plus vite une CBDC en janvier dernier. 

“La première étape serait d’étudier l’idée d’émettre un yen numérique”, a annoncé  Norihiro Nakayama, vice-ministre parlementaire des Affaires étrangères qui soutient l’initiative.

 

.

 

/* ]]> */