Cryptos

YouTube reprend la censure des vidéos relatives aux crypto-monnaies

Youtube
Avatar
Ecrit par Rouah Rony

Youtube aurait mené une autre campagne de répression à l’égard des crypto-monnaies après avoir supprimé plusieurs vidéos liées à ce secteur en pleine croissance.

La purge de Youtube 

Youtube reprend les hostilités à l’égard des crypto-actifs. En effet, après avoir délisté plusieurs vidéos rattachées aux crypto-monnaies en fin d’année, la plateforme semble reprendre la purge menée contre la crypto-industrie. 

En effet, hier, Youtube avait effacé plusieurs vidéos appartenant à des crypto-analystes influents. Touché par cette nouvelle vague de censures, Chris Dunn a indiqué que Youtube avait interdit la diffusion de certaines de ses vidéos jugées comme étant “nuisibles et dangereuses”.YouTube reprend la censure des vidéos relatives aux crypto-monnaies

Toutefois, selon Youtube, la suppression de contenu axé sur les crypto-monnaies résulterait d’une erreur de ses algorithmes de contenus indésirables. 

“Hé là, c’était une erreur de notre part pendant le processus de révision – votre vidéo devrait être rétablie et les grèves résolues”, a souligné un communiqué de Youtube.

Les antécédents de Youtube

Youtube n’est pourtant pas à sa première campagne de censure à l’égard des crypto-monnaies. En décembre dernier, dans le cadre d’une nouvelle politique visant à lutter plus efficacement contre les “contenus considérés dangereux”, près d’une trentaine de vidéos dédiées aux crypto-monnaies auraient été bannies, sans explications. 

Toutefois, cette politique de censure aurait provoqué un véritable tollé auprès de la crypto-industrie. En raison de la colère grandissante des internautes, Youtube se serait rétracté et aurait réintégré les contenus supprimés.

“Avec le volume massif de vidéos sur notre site, parfois nous faisons le mauvais choix. Lorsque nous sommes prévenus qu’une vidéo a été supprimée par erreur, nous agissons rapidement pour la rétablir (…) Les vidéos seront réintégrées sans aucune pénalité pour les chaînes concernées”, s’était justifié un porte-parole de YouTube.

 

 

/* ]]> */