Exchanges

Blanchiment d’argent: L’exchange ShapeShift dément violemment les accusations de WSJ

ShapeShift
Ecrit par Laurent Bijon

Un rapport du Wall Street Journal (WSJ) a récemment accusé l’exchange ShapeShift d’être laxiste concernant les mesures à adopter contre le blanchiment d’argent: sur les 75 millions d’euros blanchis au moyen des crypto-monnaies trouvés par WSJ, 7 millions d’euros seraient passés par les mailles du filet de ShapeShift. Face à ces déclarations, ShapeShift a tenu à démentir plusieurs détails révélés par le journal.

Un rappel des faits

ShapeShiftL’article du Wall Street Journal intitulé “How Dirty Money Disappears Into the Black Hole of Cryptocurrency” ou “comment l’argent sale disparaît dans le trou noir de l’industrie des crypto-monnaies” publié fin septembre a essayé de montrer l’envers de la médaille de l’industrie des crypto-monnaies qui se manifestait par la multiplication des opérations de blanchiment d’argent effectués au moyen de ces actifs virtuels et des plateformes de trading.

Après avoir étudié le mouvement de 2500 portefeuilles numériques soupçonnés d’avoir servi à blanchir des fonds, le WSJ aurait identifié près de 88 millions de dollars de provenance suspecte sur une période de deux ans dont 9 millions de dollars auraient transité par l’intermédiaire de l’exchange ShapeShift.

Selon le rapport, ShapeShift serait la plateforme de crypto-monnaies la plus appréciée par les criminels:

Un agent nord-coréen, un colporteur de cartes de crédit volées et le cerveau d’un schéma Ponzi de 80 millions de dollars avaient un problème commun. Ils avaient besoin de blanchir leur argent sale. Ils ont trouvé une solution commune dans ShapeShift “, peut-on lire dans un extrait de l’article.

Un démenti de Shapelift

ShapeShift n’a pas tardé à donner quelques éclaircissements concernant les accusations faites par WSJ. Selon les responsables de la plateforme, le journal aurait accusé à tort Shapelift de ne pas prendre des mesures appropriées pour lutter contre le blanchiment d’argent et aurait omis quelques détails qui aurait pu alléger la responsabilité de l’exchange dans les transferts de fonds illicites.

Le WSJ a décidé d’exclure de son article des faits tels que 9 millions de dollars (même si c’était vrai) représentent 0,15 % du volume d’échange de ShapeShift pendant la période décrite “, a déclaré le président de Shapelift.

Citant des données de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, le PDG aurait également fait une parallèle entre le secteur bancaire et l’industrie des crypto-monnaies en affirmant que “le blanchiment d’argent à travers les banques représentent  2 à 5 % des opérations”, un chiffre largement inférieur au 0,15% de Shapeflift.

 

Laisser un commentaire

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com