Exchanges

John McAfee annonce le lancement bêta de son exchange décentralisé

John McAfee promotion ICO
Ecrit par Aguirre Mimoun

John McAfee a annoncé en grande pompe le lancement bêta de son exchange décentralisé (Dex) ce 7 octobre. Un lancement qui respecterait la feuille de route dévoilée par le milliardaire quelque temps plus tôt. 

Les détails sur le DEX de John McAfee

Johan McAfee a annoncé sur Twitter que la version bêta de son exchange décentralisé, McAfee Dex, sera mis en ligne à partir du 7 octobre. La plateforme a été déployée sur la blockchain Ethereum et prendra automatiquement en charge tout les tokens ERC-20 tandis que d’autres crypto-monnaies non spécifiées seront ajoutées à la version finale du Dex.

Le fondateur du logiciel McAfee précise que son exchange s’affranchira des nombreuses restrictions appliquées par la plupart des exchanges conventionnels. En outre, McAfee DEX n’impliquerait aucune vérification relative aux normes de la connaissance client (KYC) imposée par les régulateurs.

Les détails de la transaction sont privés et rien n’est surveillé, rien n’est enregistré et aucune restriction n’est imposée”, a expliqué M. McAfee.

Ce lancement arrive dans la foulée de la mise en service de l’exchange McAfee Magic, qui appartient également au milliardaire John McAfee.

Mettre en avant la décentralisation de l’industrie

Depuis quelque temps, John McAfee est parti en croisade contre les exchanges décentralisés.  “Les exchanges centralisés sont notre point faible”, a-t-il annoncé. Ce dernier plébiscite davantage les exchanges décentralisés qui “libère de la pierre angulaire du contrôle gouvernemental : les monnaies fiat”. l'infini

Décentralisé signifie que personne ne le contrôle, distribué signifie qu’il est partout et donc impossible de l’arrêter, a-t-il ajouté.

Pour autant, en janvier 2019, une enquête menée auprès de plus de 400 bourses internationales  indiquait que les plateformes décentralisées ne représentaient que 19 % de l’écosystème crypto et que leurs volumes de transactions représentaient moins de 1 % de ceux des exchanges centralisées.