Exchanges

L’UE veut interdire l’anonymat sur les exchanges

UE
Ecrit par

L’UE a approuvé en avril dernier de nouvelles dispositions pour éradiquer le blanchiment d’argent. La législation se concentre principalement sur les risques liés aux monnaies virtuelles et prévoit de réduire l’anonymat dans ce secteur dans les mois à venir.

Lutte contre le blanchiment d’argent

D’après un rapport d’Europol, près de  trois à quatre milliards de livres sterling de fonds d’origine criminelle seraient blanchis annuellement grâce aux crypto-monnaies. Les nouvelles mesures ont pour objectifs de “renforcer les règles de l’UE afin de prévenir le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.”  Lors de l’assemblée du 19 avril dernier, les  phénomènes criminels liés à la monnaie numérique ont été les principales préoccupations des députés européens. Au total, 73 votes contre 13 ont été favorables à l’adoption d’un nouveau plan d’action.

Selon le service de presse de l’UE, la nouvelle réforme se concentre essentiellement sur la réduction de l’anonymat des transactions de monnaie numérique et des utilisateurs du service. En ce qui concerne les exchanges et les traders, ils sont dans l’obligation de rapporter toutes activités suspectes qui pourraient faire l’objet d’une enquête. Une plateforme et une cellule nationale des renseignements financiers verraient bientôt le jour.

L’UE veut réduire l’anonymat

UEL’Union Européenne a mis en place un service spécial lui permettant d’avoir accès à des adresses de monnaie numérique qui seront obligatoirement rattachées à l’identité de leurs propriétaires. Parmi les nouvelles règles votées le  19 avril, les utilisateurs devront fournir leur identité  lors de l’utilisation de plateformes d’échanges et autres services de portefeuilles. De même pour les exchanges qui devront également être enregistrés auprès des autorités en respectant les exigences pour éviter le financement du terrorisme et le blanchiment d’argent.

Malgré toutes ces nouvelles dispositions, le Parlement reconnaît que les mesures ne traitent pas entièrement la problématique soulevée par l’anonymat. À compter de mai, l’UE a 17 mois pour mettre en application un nouveau cadre réglementaire et entre-temps, les exchanges pourront amener quelques changements au sein de leur structure.

Pourtant, l’Union Européen pourrait bien se confronter à quelques difficultés car, le principe de certaines monnaies virtuelles, notamment le Monero et Zcash, repose sur l’intraçabilité de leur transaction. Le Bitcoin reste cependant plus facile à desanonymiser.

 

Laisser un commentaire

17 − 9 =