Petro

Au Venezuela : les frais de passeports sont désormais payés en Petro

Venezuela
Avatar
Ecrit par Aguirre Mimoun

Les citoyens vénézuéliens devraient désormais payer leur frais de passeport au moyen du Petro sous peine de se voir refuser l’entrée dans un pays étranger. Voilà une manière de favoriser l’adoption de la monnaie étatique dans un pays sévèrement touché par la crise économique.

Accueil du Petro en temps de crise

Au Venezuela : les frais de passeports sont désormais payés en PetroPour le gouvernement du Venezuela, l’adoption du Petro est lancée. Aussi, les citoyens doivent s’acquitter de leur passeport avec la monnaie numérique nationale. Ce pays d’Amérique du Sud, aujourd’hui touché par une crise économique sans précédent voit ses citoyens quitter leur patrie en quête d’une situation plus favorable. En dépit des efforts du président Maduro pour résorber l’hyperinflation, le Petro peine à se relever.

Vraisemblablement, une crypto-monnaie nationale contrôlée par le gouvernement n’est pas vraiment la réforme attendue par les Vénézuéliens. Les autorités de Caracas en sont venues à placer le Petro au même titre que le bolivar Soberano, la monnaie fiduciaire nationale.

Un passeport assez onéreux

Puisqu’il faut que les citoyens paient leur passeport, le gouvernement du Venezuela demande en contrepartie 2 Petros, soit 7200 bolivars équivalents à quatre mois de salaire minimum selon Delcy Rodriguez, le président adjoint de Maduro, au cours d’une conférence de presse télévisée. D’après un communiqué tout récent, le Petro n’est pas uniquement soutenu par le pétrole mais également par d’autres ressources comme l’or, les diamants ou encore l’aluminium.

Les idées sur le sujet sont controversées car certains leaders politiques affirment qu’il n’est pas nécessaire d’extraire une valeur du pétrole. Toutefois, Maduro a pris de l’avance en déclarant qu’il sera lancé à titre de monnaie nationale et serait “déjà présent sur six grandes institutions boursières”.

 

/* ]]> */