Petro

Nicolas Maduro demande aux banques du Venezuela d’extraire de la cryptomonnaie au profit des Caisses d’épargne, ce qui indigne les dirigeants syndicaux

Nicolas Maduro président Venezuela
Avatar
Ecrit par

Nicolas Maduro, le président du Venezuela a lui-même donné libre cours aux cryptomonnaies au sein des caisses d’épargne du pays. Elles peuvent exploiter et utiliser le petro en toute liberté. Les dirigeants syndicaux sont indignés par cette nouvelle. Ils sont loin d’accueillir à bras ouvert  la cryptomonnaie nationale qui est qualifiée d’escroquerie alors que Maduro est lui accusé d’abus de pouvoir. Son idée est inconstitutionnelle ont-ils revendiqué.

Les caisses d’épargne sont invitées à exploiter et utiliser le Petro

Selon le site Internet gouvernemental, Maduro a “autorisé toutes les banques d’épargne du pays à rejoindre le système de production de cryptomonnaie et à acquérir le pétro pour apporter les bénéfices à leurs travailleurs”. Il a expliqué:

La proposition est survenue suite à plusieurs réunions tenues par le surintendant de la cryptomonnaie vénézuélienne, Carlos Vargas, évoquant l’apparition de 1 400 caisses d’épargne dans le pays.

L’annonce présidentielle est diffusée à l’échelle nationale. Elle suggère que : “les caisses d’épargne puissent développer des exploitations minières sur l’ensemble du territoire national pour augmenter les bénéfices de six millions de travailleurs”. Le site internet fait état de ce projet.

“Les caisses d’épargne peuvent exploiter la cryptomonnaie en utilisant le conteneur Petro fourni par l’état” a expliqué Maduro.

Les dirigeants syndicaux sont indignés

A la suite de l’annonce présidentielle sollicitant les caisses d’épargne de “développer des fermes minières” et “acquérir des petros pour [leurs] travailleurs”, El Nacional a rapporté jeudi que “les dirigeants syndicaux ont rejeté l’utilisation des petros dans les caisses d’épargne”.

Ana Yanez, la coordinatrice du Syndicat national des travailleurs (Unete), a déclaré à la publication: “Il y a un  carrément un désaccord de l’utilisation des cryptomonnaies dans les caisses d’épargne au sein du syndicat.” Tout ce qui est “imposé par l’exécutif aux travailleurs est nul et non avenu pour les syndicats “, a-t-elle précisé:

Cela représente un abus de pouvoir et un totalitarisme. En outre, le petro est une monnaie virtuelle qui viole la Constitution. En tant que travailleurs, nous ne sommes pas d’accord que cette cryptomonnaie nous est ouvertement imposée.

Le coordinateur de la Fédération nationale des travailleurs du secteur public (Fntsp), Servando Carbone a fait une déclaration au journal : “Le petro est une arnaque” et il “rejette fermement l’utilisation des cryptomonnaies dans les caisses d’épargne”.

Le communiqué donne plusieurs précisions alarmantes de Carbone. “Le pétro est une invention du gouvernement pour blanchir l’argent de la drogue”“Si le pétro leur est imposé, ils iront dans la rue pour protester”.

En outre, le secrétaire général du syndicat représentant les travailleurs du pétrole dans l’Etat Falcon, Iván Freites, a clairement montré sa désapprobation pour le pétro, et  “principalement pour l’utilisation des réserves de pétrole qui le soutient “, a indiqué la publication.

Nous, les travailleurs du pétrole, sommes conscients de ce que représente le coût d’un baril de pétrole. L’action de Marudo est  purement et simplement une mesure dictatoriale contre les travailleurs vénézuéliens.

/* ]]> */