Ripple

L’XRP serait moins exploité que le Bitcoin dans les réseaux criminels 

XRP écrit sur dés
Ecrit par Steph Benichou

 Selon une nouvelle étude du cabinet Elliptic, le Bitcoin serait utilisé plus souvent que l’XRP dans les activités criminelles.

L’usage du XRP dans le monde criminel

 Les criminels auraient utilisé l’XRP de manière récurrente pour mener à bien leurs activités illicites, a souligné la dernière étude d’Elliptic. Quelque 400 millions de dollars en XRP ont été déployés pour réaliser des transactions anonymes et illégales sur différentes plateformes criminelles.

“Les activités reliées à ces transactions étaient principalement des escroqueries en tout genre, comme des escroqueries à la Ponzi, des vols”, a affirmé Tom Robinson,  le scientifique en chef et co-fondateur d’Elliptic.

Ainsi, plusieurs pyramides de Ponzi ont recueilli les fonds de leurs victimes en XRP,  affirme le rapport d’Elliptic. Ces 400 millions de dollars qui ont transité sur le réseau criminel représentent près de 3% de la capitalisation boursière du XRP. Toutefois, selon un porte-parole de Ripple, l’XRP, comme toute autre crypto-monnaie de l’écosystème, serait fortement apprécié par les criminels en raison de son caractère intraçable et décentralisé.

Le Bitcoin, l’instrument criminel par excellence 

Toutefois, le Bitcoin serait par excellence la monnaie fétiche des criminels. Près de  829 millions de dollars de Bitcoins, soit 0,5 pour cent des transactions de ce réseau, ont été dépensés sur le Darknet.

En comparaison, l’XRP serait peu déployé dans les réseaux criminels, soutient Elliptic. En attendaBitcoinnt, le cabinet ouvre la voie à l’adoption globale des crypto-monnaies en offrant plus  de transparence à cette industrie.

“Au fur et à mesure que l’utilisation criminelle des crypto-monnaies telles que le XRP évolue, nous nous engageons à faire la lumière sur cette activité illicite et à donner aux institutions financières la confiance dont elles ont besoin pour investir dans l’écosystème crypto.”